C.I.A ou pas

Privée de téléphone. TOUS les opérateurs de téléphonie mobile locaux de ce foutu pays ont collectivement refusé de me délivrer LE forfait de l’hiver. Poétiquement intitulé « forfait airbag », ledit abonnement permet à tout chaland de téléphoner de manière déraisonnable sur des fixes ou des portables, pour un montant MAXIMUM de 40 euros mensuels. Une véritable révolution pour quelqu’un qui débourse sans sourciller des factures astronomiques pour ma téléphonïte aiguë, entre entre maison, navire, avion, Allemagne, France, Oulan-Bator.

Enthousiaste et déterminée à enfin é-co-no-miser, je me retrouve mi-décembre sur l’Alexanderplatz, à slalomer entre rasades de vin chaud et pères Noëls décatis pour trouver mon bonheur bigophonique.

J’échoue dans une échoppe de O2, le grand manitou ès Handy ici, à signer quelques papiers pour un contrat en bonne et due forme. Passeport, carte bancaire, tout le tremblement, la procédure d’adhésion ne dure pas plus de dix minutes chrono. Ebahie par la promptitude teutonne, je ressors des lieux en tapotant tendrement mon enveloppe de nouvelle abonnée, connectée, intégrée surtout dans le grand réseau de communication allemand.

Au bout de 72 heures, ma carte SIM refusant obstinément de capter le moindre réseau, je reviens m’expliquer avec le bougre gominé de la boutique, qui m’avait garanti sur facture une effectivité immédiate. Et là, je tombe de ma carriole : on m’annonce tout de go qu’O2 ne veut pas de moi comme cliente.

En V.O : « Sie sind unerwünschte Kundin ». Faisant mine de consulter son ordinateur, le vendeur me lance des regards suspicieux, en m’expliquant à haute et intelligible voix qu’il ne sait pas pourquoi je ne suis pas une « cliente désirable » (sic).

Le malotru me glisse ainsi qu’il existe outre-Rhin un fichier accessible aux entreprises, recensant les mauvais payeurs. Il se pourrait donc que j’en sois. Les clients s’éloignent de moi. On jase dans la boutique. Scandale !

Je nie mes grands Dieux, en jurant que j’ai toujours été in Ordnung dans le pays, que la détention de ce type d’informations sur la clientèle est absolument «anti-démocratique». Je commence à braire et sous le coup de l’énervement, mon allemand se délite, les postillons crépitent. Résultat : Gomina ne me croit pas, assure ne rien pouvoir faire pour moi, si ce n’est adresser un courrier au siège social pour connaître le fin mot de l’histoire.

To be SCHUFA ou pas ! Les langues de mes amis allemands se délient, on organise un conciliabule de guerre entre Wurst et Bierchen. On m’explique que je suis peut-être bien enregistrée à la Schufa. Scheise dreck ! Car la Schufa, c’est quoi ? Cet organisme, sympathique résidu du Troisième Reich, est une sorte de registre des interdits bancaires, consultable par les banquiers, les agents immobiliers, les opérateurs de téléphone…en général, à l’insu dudit endetté. Et c’est alors que la mémoire me revient tout doucement.

Au début de mon séjour en Allemagne, il m’est arrivé « d’oublier » d’acheter un ticket pour prendre le métro. A plusieurs reprises, je me suis faite pincer par les joviaux contrôleurs de la BVG (la RATP berlinoise), toujours habillés en civil évidemment avec de faux airs de repris de justice. Contravention chez moi évoque automatiquement prescription. Et si j’avais mérité la prison de Höhenschönhausen ?

Publicités

2 thoughts on “C.I.A ou pas

  1. C’est la même chose pour moi, et ce qui est vraiment scandaleux, c’est qu’ils n’attendent pas que le jugement ait eu lieu! Ainsi il suffit de dire que quelqu’un a une dette auprés de toi, et hop te voilà fichée, tant pis si c’est faux! La gestapo et la stasi d’un coup quoi…De toute manière, ici la protection du consommateur lambda , ils connaissent pas…Un vrai piège pour les français!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s