Bouffonneries

Etre pigiste est synonyme de krach boursier pour votre banquier. Quant aux langueurs des rédactions, elles imposent parfois d’en recourir aux solutions intermédiaires pour payer le loyer.

Deux solutions s’offrent aux intellos précaires : le chéquier de papa. Ou les jobs d’appoint. Mon quotidien follement bohême ressemble ainsi à ‘Envoyée spéciale du Monde Magazine’ un jour, potiche au vestiaire le lendemain.

C’est ce que l’on appelle une « vocation ». Une vocation bien foireuse où je me réveille rarement béatifiée -Jean-Paul si tu m’entends !-

En attendant de passer mes papiers au tarif brut de « 100 euros les trois pages -A4-« , mon physique superbe me permet de jouer les hôtesses d’accueil sans problème majeur, en indiquant d’une voix suave aux papis ivre de Champomy lors des cocktails mondains où aller vider leur vessie en plastique. Le tout en allemand évidemment.

Sinon, il me reste l’option absurde : me déguiser en clown et faire le pitre en agitant des banderoles entre l’Alex et la Porte de Brandebourg avec mes autres copines journalistes ou photographes, unanimement fauchées.

Pour autant, on est plutôt vernies : le défilé de perruques fluo est payé 10 euros de l’heure. A Berlin, il suffit d’aller jeter un œil aux HLM de Marzahn pour voir que la « bright side » de l’économie allemande ne vaut pas pour tout le monde. Les réformes du marché du travail dites « Harz IV », la réduction des prestations chômage, la multiplication des emplois précaires dont les ‘1 euro-job’ -payés 1 euro/heure en plus des indemnités minimum- ont fait exploser les inégalités.

Si le chiffre du chômage officiel, 2,9 millions en novembre, est retombé au niveau de 1991, sept millions de personnes dépendent toujours des prestations sociales. Soit un Allemand sur onze, dont ces « travailleurs pauvres » qui ne peuvent pas vivre de leurs revenus.

C’était la fin de mon quart d’heure syndicaliste, joyeux 1er mai à tous !

PS : Pour les observateurs pervers, je suis le clown à perruque orange qui remet discrètement son gros nez rouge. Par peur des représailles, les noms de mes comparses ne seront pas mentionnés.

Publicités

Un commentaire sur « Bouffonneries »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s