Trummy

C’est en écoutant paisiblement Radio Teddy Berlin, que je tiens à te faire partager cette petite parabole ami lecteur.
Une expérience issue de mon quotidien à la rencontre des vrais locaux. Et pas des Berliner Hipster en chino et Iphone.

Sache que l’authentique Berlinois est rare : il se tapit dans des endroits ‘old school’ et on ne le rencontre pas vraiment lors des surbooms branchées organisées par les saucisses molles de Pénis Berg.

C’est en général un individu assez grossier de prime abord, au pragmatisme renversant. La « Berliner Schnauze », une sorte de gouaille locale, lui donne des airs de de grande gueule parfois gênante. Mais s’il parle fort en postillonnant, il reste attachant.

Matin d’hiver, retour de chez OBI, quatre immenses cartons de déménagement sous le bras et mon vélo. Après réflexion à la sortie du supermarché du bricolage, entre deux clients avinés, je réfléchis à la meilleure manière d’organiser ma marchandise pour rentrer chez moi, 25 minutes de marche.

Il n’y a qu’une seule option possible : transformer la bicyclette en ‘batmobile’ : je pose mes carton de 3 mètres de large en équilibre sur la selle, les tiens fermement du poignet droit, limite luxation de l’épaule, et vogue la galère.

Il y a beaucoup trop de vent. Je me trouve sur une avenue à sens illimité, limite autoroute entre deux Plattenbau. J’avance péniblement, une perruque argentée en déambulateur devant moi me dépasse. Je ne suis pas loin de m’envoler, le chargement menace de tomber, je murmure ‘verdammt scheise, sa mère sa pute sa race‘ en boucle.

Pas un bueno pour m’aider. Mais une petite vieille hilare. Soixante dix ans bien sonnés, droite comme un i, derrière son caddy et qui se marre.

« – Qu’est-ce que vous faites, jounge Frau ?

  – J’essaie de transporter mes cartons chez moi, vieille peau, chère Madame.

– Na gut. Pourquoi vous ne les mettez pas sur la pédale ? »

– Je ne vois pas ce que vous voulez dire. » + petit air de mépris & sourcil Scarlett o-Hara.

Elle pose son cabas plein de choux et elle me montre. Effectivement, c’est d’une simplicité confondante.

Désormais, je peux pousser mon vélo avec les cartons gentiment portés par la pédale.

Je la remercie et note de consulter un neurologue pour débilité aggravée.

En la regardant trottiner vers le Kaiser, je suis fière d’avoir enfin rencontré une vraie ‘Trümmerfrau’.

Littéralement, une ‘femme des ruines’ : de celles qui sont restées dans le Berlin bombardée de 1945, malgré la faim, la peur, les viols de masse par l’Armée rouge…Ce sont d’ailleurs ces « Trümmerfrau » qui ont reconstruit l’Allemagne ravagée après la Deuxième guerre mondiale.

Et coupé leur zizi à leurs pauvres maris, soldats revenant du front détruits. Face à ces néo-Walkyries, pragmatiques et dures, nous autres, élégantes femmes françaises, ne pesons pas grand chose.

Excepté dans notre meilleur rôle, celui de gourgandine de salon. Allez je vais de ce pas remettre mes porte-jarretelles et mes talons.


Publicités

4 commentaires sur « Trummy »

  1. Chère Plume, permettez moi tout d’abord de vous souhaitez une très bonne et très heureuse année 2012. Qu’elle vous soit profitable, à tous points de vue (peut-être cette richesse financière dont nous avons parlé sera t’elle de la partie)

    Quant à ce bel article, j’ai deux remarques :
    – tout d’abord, je vous conseille ce bel article de photos du site Retronaut, concernant justement ces Trümmerfrauen http://www.retronaut.co/2011/12/rubble-women-1945-1949/

    -ensuite et enfin, je voudrais vous demander une photo ou peut-être un petit schéma concernant les-dits cartons sur la-dite pédale, car c’est très intrigant, et ça a l’air bien utile.

    Voilà c’est tout.
    Je vous embrasse.

  2. Cher Unter,
    Merci pour votre réponse inspirée. Très bonne année à vous sous les tilleurs, amour, gloire et santé.
    La galerie de nos amies Trummy est magnifique et je vous ai joint en ps du post un dessin qui schématise la situation de mes cartons. C’est d’une telle évidence…mais après sondage éclairé, personne parmi mes amis, ne l’aurait fait. A très vite, Prune

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s