Bambi

Alors que l’été indien bat son plein et que les jupettes sont à nouveau de sortie, j’ai été interdite d’épilation par mon esthéticienne brésilienne qui s’est montrée plus inflexible qu’un dermatologue danois. Motif : j’ai trop crâmé en mer Egée. « Ta peau est trop sèche, je vais t’arracher le derme. »

Il est vrai que l’hydratation n’est pas mon fort -je suis plutôt partisane de l’imprégnation éthylique.

Dans les îles grecques, j’ai eu beau me tartiner d’huile -protection 20- avec pour conséquence une explosion de mes comédons, ma peau est devenue revêche.

Nonobstant, je peine à croire celle qui extermine mes follicules pileux depuis près de trois années.

«- Je n’ai jamais entendu cette excuse pour ne pas travailler. Peux-tu me prouver ce que tu avances, manante ?

-Natürlich, maîtresse ! »

Elle fait chauffer la cire, l’applique sur ma peau, me lance un regard mi-compatissant, mi-sadique, avant d’arracher le tout. Effectivement, des lambeaux de peaux petites épluchures restent collés sur la bande. Je décide d’arrêter le massacre, me résignant à hanter la ville avec mes petits mollets velus, en tâchant de les planquer au maximum.

Un matin, le Minotaure se montre pourtant intrigué par mes jarrets. « Dis donc, tu es super bronzée ! » « Toujours, » répondis-je d’une voix flûtée, en m’empressant de cacher mes membres inférieurs sous la couette. Il faut croire que j’avais une mine suspecte parce qu’il a aussitôt examiné mes jambes, avant de me lancer : « Ach… mon betit Bambi, tu as des pattes de faon ! »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s