#blueborder

Après les Balkans, le Wild wild East, la Pologne et Sisters of Europe, bingo, je coordonne un nouveau projet éditorial cross-border pour cafebabel.com. Hashtag collectif, hashtag Europe, hashtag wouhou ? Je kiffe. Laisser libre cours à mes penchants despotiques et sanguinaires. Et éviter d’écrire, naturellement.

Cette fois, cap au sud avec #blueborder (hashtagtropcool), une série de reportages immersifs sur la jeunesse vivant aux confins de l’Europe, dans cinq îles de la Méditerranée : Corse, Chypre, Malte, Crète et Sicile. A quoi ressemble le quotidien lorsque l’on vit coupé du continent, sur une frontière intangible ? Quels rêves, quelles désillusions, quelle identité ?

Il y aura de fabuleux reportages, des mafieux, des biquettes et des indépendantistes au féminin, des no man’s land, des check points et du maquis. Les histoires, cinq long-formats multimédia, seront publiées en quatre langues (FR, EN, GER, IT) et une expo photo itinérante tournera ensuite à Bruxelles, Chemnitz et Palerme. Le site sera lancé en mars 2020 à Marseille, autour d’un vernissage en présence de la belle équipe.

Cinq photographes et cinq journalistes des quatre coins de l’Europe et au-delà, puisque une photographe Russe et une auteure Kenyane – basée à Chypre-Nord- seront de la partie (ce qui me donne l’occasion de d’étudier de près le concept de « forteresse UE » et le délire absolu des visas Schengen pour les ressortissants non européens.) En coulisses, un web designer, une dizaine de traducteurs, quatre éditeurs linguistiques, six personnes en charge des évènements, un comptable, un directeur et un chargé de communication s’activent grave en ligne et in real life pour rendre tout cela possible. Ce qui fait beaucoup de tableaux Excell, de Google Drive, de FaceTime et de WeTransfer. De malentendus et de rigolades.

Big up aux fondations teutonnes comme la Allianz Kulturstiftung qui permettent d’imaginer des formats nouveaux et croiser les regards dans une époque monochrome.

Stay tuned sur Facebook & Instagram.